"Depuis" les réseaux sociaux

Mars 2014

 

Recruter à partir des Réseaux Sociaux des participants à des enquêtes

Les panels sont confrontés à des problèmes de raréfaction de certaines cibles : professionnels, jeunes 18-24 ans. Le recrutement ainsi que la rétention dans les panels de ces cibles tend à devenir plus cher au fur et à mesure que le phénomène de raréfaction prend de l’ampleur. Les réseaux sociaux rassemblent une diversité de profils qui semble pouvoir apporter une solution ou un début de solution.

Le recrutement de répondants peut se faire de façon plus ou moins directe :

  • Recrutement via placement d’un post

On pourra chercher à contacter, par un message général ou personnalisé, des répondants actifs au sein de réseaux sociaux (ex : pages des fans d’une marque, blog thématique, etc..). Il s’agira ensuite de les qualifier (pertinence du profil pour les besoins de l’étude), en vue de les inviter à participer à une enquête.

Cette approche prend la forme d’un dialogue entre les internautes et le recruteur de l’institut.
Cette approche permet de capter les répondants pertinents selon leur profil et leurs centres d’intérêts affichés.

  • Recrutement via bannière

L’exercice consiste à acheter un espace publicitaire  (bannière ou fenêtre pop-up) directement sur les pages des réseaux sociaux, qui invitera l’internaute à répondre à une enquête. Dès que l’internaute confirme sa volonté de participer, il est qualifié sur un nombre de critères puis aiguillé vers une enquête particulière.


Quels bénéfices et quelles limites ?

Les bénéfices

Les réseaux sociaux constituent une source de répondants à part entière. Leur diversité donne lieu à une multitude de sources potentielles de recrutement avec une grande variété de profils. On y trouve des groupes spécifiques voire rares dans les panels traditionnels.

Par exemple, un recrutement sur Facebook permettra de trouver des profils plutôt jeunes, 18-24 ans, qui font typiquement défaut dans les panels traditionnels. De même il est beaucoup plus aisé de trouver une cible de professionnels sur les réseaux sociaux qui leur sont destinés (ex : LinkedIn, Viadéo, etc…).

De plus, recruter depuis les réseaux sociaux permet de moins solliciter certains groupes dans les panels et donc de préserver leur disponibilité.

Enfin, il est moins cher de recruter des répondants via les RS pour une enquête unique et ponctuelle que d’investir dans le recrutement de nouveaux panelistes.

On peut aussi mixer les deux sources de recrutement, réseaux sociaux et panels, au sein d’une même enquête.

Les limites

On connaît encore mal les éventuels biais liés au recrutement sur les réseaux sociaux.  Un utilisateur de 30 ans de Facebook est-il un trentenaire typique ? Un utilisateur de Twitter n’a-t-il pas tendance à être plus critique qu’un consommateur moyen ?

Les instituts d’études sont bien placés pour mener ces analyses comme ils l’ont fait à chaque nouveau mode de recueil (tests parallèles entre deux méthodes, analyses de séries d’enquête sur une longue durée).

 
Plan du site Contact Mentions légales• Retrouvez nous sur :  Facebook WebTV du Management  S'abonner à webtvmanagement sur Twitter  Suivre la WebTV du Management sur LinkedIn  Abonnez-vous aux vidéos Syntec Etudes Marketing et Opinion sur YouTube